Accueil Course au large The Ocean Race

Ce mercredi, dans la chronique hebdomadaire de Biotherm, la reporter embarquée Anne Beaugé est de retour pour nous raconter The Ocean Race de l’intérieur.

A moins de 24 heures du départ de la 6e étape à Arhus (Danemark), Anne nous propose cette carte postale danoise.

Biotherm lors de l’Imoca In-Port Race à Aarhus. Une image contenant Police, logo, Graphique, symbole

Description générée automatiquement

Biotherm lors de l’Imoca In-Port Race à Aarhus. | SAILING ENERGY / THE OCEAN RACE

Anne BEAUGÉ. Publié le 07/06/2023 à 17h30

Abonnez-vous

The Ocean Race. « Le challenge était presque farfelu » : La chronique de Biotherm (ouest-france.fr)

Aarhus ! Prononcer orouss, il semble, avec le aa à mi-chemin entre le à et le o.

Le même ciel bleu clair tire son trait du Nord au Sud de l’Europe.

Il fait un peu moins chaud – voire froid – qu’en France, mais ça sent l’effervescence de l’été au Danemark.

Il fait à peine nuit, les enfants sautent en slip dans les fontaines, des troupeaux énormes de vélos sont garés en bas de chaque bâtiment, et les couples mangent des glaces au soleil sur les bancs.

LIRE AUSSI :

The Ocean Race. Franck Cammas embarque avec 11th Hour Racing, actuel leader au classement

Une image contenant plein air, bâtiment, ciel, eau

Description générée automatiquement

Le public était présent à Aarhus au Danemark. | ANNE BEAUGÉ/BIOTHERM

Le bateau vient d’une escale en Norvège, où le hauban brisé a été remplacé par l’équipe…

Pour une fois, j’arrive à Aarhus et j’attends Biotherm.

Bien malchanceux sur l’étape 5, – si l’on voit le verre à moitié vide ou deux fois chanceux de n’avoir pas démâté, si on le voit à moitié plein -, le bateau vient d’une escale en Norvège, où le hauban brisé a été remplacé par l’équipe afin de convoyer le bateau – un peu plus rassurés – jusqu’à Aarhus, mât debout.

LIRE AUSSI : INTERVIEW. The Ocean Race. Kevin Escoffier réagit au signalement fait par la FFVoile

Une image contenant habits, personne, plein air, chaussures

Description générée automatiquement

L’équipage est à Aarhus au Danemark pour le départ de cette nouvelle étape de The Ocean Race. | ANNE BEAUGÉ/BIOTHERM

À peine amarré, vous savez ce qui recommence : Le marathon de l’escale pour l’équipe technique bien sûr !

Vivre à terre les problèmes de l’équipe ?

J’ai beau ne pas toucher à un bout depuis 6 mois, n’être qu’une pièce en plus qui appuie sur un bouton qui fait « clic-clac », suivre la course à distance et surtout les problèmes techniques qui arrivent sur la route, savoir que le moral à bord est bon ou pas trop, que les conditions sont dures et ingrates, je vis la course comme un bloc avec le bateau et l’équipe.

Coucher de soleil sur la ville, sur le quartier très moderne du port, – fait d’un amoncellement d’architecture assez osée, tranchée et hétéroclite – le bateau arrive au près, tranquillement.

À peine amarré, vous savez ce qui recommence : le marathon de l’escale pour l’équipe technique bien sûr !

Cette fois le challenge était presque farfelu et aurait pu passer pour une blague.

Courir l’Inport-Race le lendemain. Hors Ocean Race, n’importe qui trouverait que c’est trop fou et peut-être trop stupide pour être fait.

Mariana (Lobato, ndlr) n’aura eu qu’une petite nuit à terre avant de régater à nouveau le lendemain matin.

L’équipe organisera aussi son planning des jours suivants en fonction des deux navigations Pro-Am, tôt le matin, le midi pendant les 2 heures de pause et le soir jusque très tard.

C’est un peu les 3-huit pour l’équipe, et du jonglage de caser les tâches dans le bon espace de temps disponible.

Le parcours est très côtier, très alambiqué et ressemble à une étape de Solitaire du Figaro.

LIRE AUSSI : The Ocean Race. « On a perdu un hauban, un hauban vertical ! » : La chronique de Biotherm

Une image contenant habits, personne, homme, femme

Description générée automatiquement

Remise des prix de l’Imoca In-Port Race. Première place pour Biotherm. | SAILING ENERGY / THE OCEAN RACE

La beauté de l’histoire c’est que l’équipe « tabasse » le départ de l’Inport, exécute les manœuvres sans laisser une seconde à Holcim-PRB juste derrière, ni aux autres plus loin et gratte à chaque coin du parcours une bonne distance.

Implacable, facile ! Pour une fois !

C’est certain que la gorgée de champagne a spécialement bon goût pour tout le monde.

Demain. Jeudi c’est redépart vers La Hague pour 800 milles direction la mer du Nord et l’autre côté de la péninsule danoise.

Avec son aller-retour « fly by » à Kiel, au fin fond de la côte Est germanique, le parcours est très côtier, très alambiqué et ressemble à une étape de Solitaire du Figaro.

Ça tombe bien, Paul a compté qu’Alan, Antho et lui-même, totalisaient 24 participations à La Solitaire ! Pas mal.

Alan a rentré à la main les coordonnées de la centaine de points GPS qui balisent les différentes zones interdites du parcours, la piste est prête !

The Ocean Race Biotherm IMOCA Anne Beaugé