GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE

Par Marielle Ammouche le 10-01-2024

Une image contenant personne, habits, Membre, Séance photo

Description générée automatiquement egora.fr

Devant des douleurs pelviennes chroniques, le diagnostic d’endométriose est parfois évoqué.

Cependant, ce diagnostic peut s’avérer difficile à poser.

C’est pourquoi la Haute Autorité de santé (HAS) s’est autosaisie sur le remboursement du test salivaire Endotest, développé par la société Ziwig.

A l’issue de cette évaluation, elle a reconnu l’efficacité du dispositif mais a considéré que les données restaient insuffisantes pour proposer son remboursement.

Elle propose d’inclure l’accès à ce test, dans le cadre d’un forfait innovation.  

Maladie fréquente et invalidante, l’endométriose peut avoir de lourdes conséquences sur les douleurs, la fertilité et sur le plan psychosocial et professionnel.

Poser le diagnostic, et de façon le plus précoce possible, est donc fondamental.

Ce dernier est basé sur les symptômes et un bilan radiologique (échographie, IRM).

Mais parfois, ces examens ne suffisent pas et une coelioscopie est nécessaire.

Or cet examen invasif n’est pas sans conséquence, et est parfois inutile.

D’où l’idée de pouvoir bénéficier d’un outil non invasif pour ces diagnostics dits complexes.

La société lyonnaise Ziwig s’est attelée à cette tâche et a développé un test salivaire nommé Endotest.

Ce dispositif, qui permet de caractériser l’expression de multiples biomarqueurs, est basé sur un séquençage haut débit et l’utilisation d’un algorithme conçu par intelligence artificielle.

Au terme de son évaluation, la HAS a reconnu « le caractère novateur et l’efficacité diagnostique » du test, et « son potentiel à couvrir un besoin médical qui ne l’est pas ».

Pour lire la suite 🡺 Test diagnostique salivaire d’endométriose : efficace, mais trop tôt pour être remboursé, pour la HAS | egora.fr

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com