Actualités – publiée le 14/02/2023 par Équipe de rédaction Santélog

Nature

Décrypter comment les cellules endommagées ou sénescentes inhibent la régénération musculaire au cours de la vie (Visuel Adobe Stock 280430718)

Décrypter comment les cellules endommagées ou sénescentes inhibent la régénération musculaire au cours de la vie, c’est l’entreprise de cette équipe de biologistes de l’Université du Luxembourg.

L’équipe dévoile, dans la revue Nature, comment, avec l’âge, les cellules sénescentes s’accumulent dans tout le corps et exercent un impact néfaste sur les cellules saines voisines.

Une meilleure compréhension de ces interactions clés entre cellules sénescentes et cellules souches, ouvre de nouvelles voies pour améliorer la réparation musculaire tout au long de la vie.

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par le Pr Antonio Del Sol de l’Université du Luxembourg explore le rôle des cellules sénescentes dans la régénération tissulaire et explique pourquoi, nous autres humains, avons une capacité bien limitée d’auto-régénération des tissus et des organes, en dépit et durant toute la vie, d’un « pool » de cellules souches qui peuvent s’auto-renouveler et se différencier en types de cellules spécifiques.

Ces cellules souches sont largement étudiées car elles peuvent permettre la réparation des tissus humains et ont donc un potentiel énorme en médecine.

Les cellules souches peuvent être entravées par les cellules sénescentes, des cellules vieillissantes, qui s’arrêtent de se multiplier mais ne meurent pas, persistant dans les tissus.

Au fur et à mesure que ces cellules sénescentes s’accumulent, elles impactent le fonctionnement des cellules saines voisines.

Dans le corps humain, les cellules souches résident au sein d’une niche, qui leur offre un microenvironnement spécifique.

Au sein de cette niche, d’autres cellules interagissent avec les cellules souches et peuvent les activer, favorisant la régénération des tissus.

Ce processus nécessite une communication coordonnée entre les différents types de cellules- sans que ces mécanismes d’interactions soient totalement compris.

L’étude décrypte pourquoi les fonctions régénératrices diminuent au cours du vieillissement, avec l’accumulation des cellules sénescentes. Une série d’expériences sur des souris (in vivo) et des expériences de laboratoire (in vitro) révèlent que :

Pour lire la suite 🡺 SÉNESCENCE : Comment elle entrave la régénération musculaire | santé log (santelog.com)

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com