Une image contenant personne, Visage humain, homme, habits

Description générée automatiquement Une image contenant logo, symbole, Police, blanc

Description générée automatiquement Publié le 31/05/2023

La maladie d’Alzheimer (MA) est la forme la plus courante de démence.

En raison du vieillissement de la population mondiale, le nombre de personnes atteintes de démence devrait atteindre 150 millions d’ici 2050 [1].

Les mécanismes qui sous-tendent la pathologie de la MA ne sont pas entièrement compris, ce qui entrave la mise au point de traitements efficaces.

La neuro-inflammation est apparue comme une caractéristique essentielle de la MA, et récemment, l’hypothèse d’une association entre la dysbiose du microbiote intestinal et la neuro-inflammation a été avancée pour expliquer la survenue d’une MA [2] (le microbiote est l’ensemble des micro-organismes et de leurs gènes vivant dans un environnement particulier).

Le microbiote intestinal agit sur le cerveau par la sécrétion de toxines et d’acides gras à chaîne courte qui modulent la perméabilité intestinale, ainsi que de nombreuses fonctions immunitaires.

D’autres recherches récentes montrent que des bactéries du microbiote intestinal libérent des lipopolysaccharides et des amyloïdes qui peuvent induire une activation microgliale dans le cerveau et contribuer à la production de cytokines pro-inflammatoires associées à la pathogenèse de la MA [3].

Le microbiote intestinal humain agirait par l’intermédiaire de l’axe microbiote-intestin-cerveau, un système de communication bidirectionnel reliant les voies neuronales, immunitaires, endocriniennes et métaboliques [4].

Des études observationnelles menées dans de nombreux pays montrent une réduction de la diversité du microbiote intestinal chez les patients atteints de MA par rapport aux témoins normaux sur le plan cognitif, ce qui pourrait contribuer à la pathogenèse de la maladie.

La composition du microbiote intestinal humain et le risque de MA sont considérés comme des traits héréditaires ; une corrélation a récemment été montrée entre l’allèle ε4 du gène de l’apolipoprotéine E (APOE), identifié comme un facteur de risque majeur de la MA, et la composition du microbiome chez l’homme [5].

Pour lire la suite ???? JIM.fr – Maladie d’Alzheimer, le microbiote vous dis-je !

Ou m’écrire à ???? gacougnolle@gmail.com