Dr Philippe Tellier | 12 avril 2024

L’hémorragie intracérébrale de la grossesse ou la puerpéralité est l’une des principales causes de décès maternel dans le monde.

Cette étude de cohorte finlandaise confirme sa gravité et incite à dépister les troubles hypertensifs de la grossesse.

Les hémorragies intracérébrales (HIC) de la grossesse ou du puerpérium (les six semaines qui suivent l’accouchement) (pHIC) sont désormais des évènements rares, mais dramatiques.

Leur incidence serait de 7,18 pour 100 000 grossesses, selon des études plus ou moins récentes.

Elles n’en restent pas moins l’une des principales causes de mortalité maternelle à un échelon mondial, tout en relevant de causes diverses qui gagnent à être connues dans l’objectif d’améliorer la prévention.

Force est de constater que les données épidémiologiques sur ce thème sont plutôt rares, notamment au sein de l’Union européenne, ce qui fait tout l’intérêt d’une étude de cohorte rétrospective finlandaise, couplée à une étude cas-témoins intra-cohorte.

49 cas de pHIC diagnostiqués entre 1987 et 2016 

Au total, entre 1987 et 2016, ont été répertoriés 49 cas de pHIC avérées à partir de registres nationaux.

Chaque cas a été apparié à trois témoins.

La moitié des cas sont survenus au cours de la grossesse et l’autre moitié dans le post-partum ou le puerpérium.

Pour lire la suite 🡺 JIM.fr – Journal International de Médecine

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com