Une image contenant habits, personne, bouton, Poche

Description générée automatiquement Une image contenant logo, symbole, Police, blanc

Description générée automatiquement Publié le 26/05/2023

L’obésité, généralement définie par l’indice de masse corporelle (IMC), est considérée comme un problème de santé publique et est associée à de nombreuses maladies.

En France, elle concerne 17 % des adultes, soit 8,5 millions de nos concitoyens ; les plus âgés sont davantage en surpoids ou obèses que les plus jeunes : l’excès de poids touche 57,3 % des 65 ans et plus contre 23,2 % des 18-24 ans. Par ailleurs, 17 % des enfants sont en surpoids et 4 % sont obèses [1, 2].

Le terme « paradoxe de l’obésité » est utilisé pour décrire la situation dans laquelle les personnes âgées en surpoids ou obèses et atteintes d’une comorbidité peuvent avoir de meilleurs « résultats santé » (meilleure survie) que leurs homologues de poids normal ou de poids insuffisant [3].

Cependant, une hétérogénéité marquée a été constatée entre les études sur ce sujet, par exemple en fonction des maladies concernées ou du niveau d’IMC considéré [4, 5], ce qui a jeté le doute sur l’existence réelle de ce phénomène [6].

L’une des principales causes de la divergence entre les études peut être liée à l’utilisation de l’IMC dans la définition de l’obésité, qui devrait plutôt considérer l’excès de graisse corporelle comme la principale caractéristique de cette maladie et comme l’unique déterminant de ses complications.

En outre, l’ajustement des facteurs de confusion potentiels (par exemple, le stade et le grade des maladies, le tabagisme, l’incapacité à saisir la présence de signes de dénutrition dans le groupe comparatif de poids normal, la prise en compte de la composition corporelle) peut réduire de manière significative le rôle protecteur de l’obésité en termes de mortalité [6].

Il était donc important d’approfondir les connaissances sur l’existence d’un « paradoxe de l’obésité ».

Confirmation du paradoxe dans une revue systématique

Une revue de la littérature portant sur les publications relatives au paradoxe de l’obésité a été faite par deux chercheurs de l’Université des Antilles [3] ; elle a été publiée en 2023 dans la revue Nutrients. Nous en présentons les Principaux résultats.

Pour lire la suite ???? JIM.fr – Le paradoxe de l’obésité…ou de l’IMC

Ou m’écrire à ???? gacougnolle@gmail.com