Par Coralie Laplante, La Presse canadienne

Une adolescente consulte son téléphone dans son lit, la nuit. Profession Santé logo 02/04/2024

La présence d’écrans dans la chambre des adolescents a un impact négatif sur leur réussite scolaire et leurs relations sociales, selon une étude publiée par des chercheurs de l’Université de Montréal (UdeM).

Pour en venir à cette conclusion, l’étude, publiée au mois de février dans la revue PSPMC, a étudié les données de 661 filles et 686 garçons âgés de 12 ans en 2010, et les données de ces mêmes jeunes à l’âge de 17 ans, en 2015.

Les informations proviennent de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec.

« Il y avait presque la moitié des répondants qui avaient un écran dans leur chambre.

À ce moment-là, c’était plus des écrans fixes », précise Benoit Gauthier, candidat au doctorat en sciences humaines appliquées à l’UdeM, qui a réalisé l’étude.

Et cette tendance est d’autant plus présente aujourd’hui, alors que les adolescents ont accès à des écrans mobiles, comme des téléphones cellulaires.

M. Gauthier indique que des jeunes dès l’âge de 7 ans ont accès à un écran dans leur chambre, et donc, à un contenu illimité.

« Dans le cas de notre étude, c’était un peu moins mauvais à cette époque-là, mais c’était déjà le début d’une tendance qui s’est exacerbée depuis », précise-t-il.

« L’Internet, les jeux vidéo et tout, c’est un peu un Far West en ce moment.

Il n’y a aucune limite ou presque qui est fixée à ça.

La responsabilité incombe complètement aux parents, puis ils n’ont pas suffisamment d’informations pour pouvoir composer avec ça. »

Plusieurs facteurs expliquent pourquoi la présence d’un écran dans la chambre d’un adolescent peut avoir un impact sur sa réussite scolaire et ses relations avec les autres.

Tout d’abord, on peut prendre en compte le temps déplacé.

Pour lire la suite 🡺 La présence d’écrans dans les chambres a des effets négatifs chez les ados | Profession Santé (professionsante.ca)

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com