Actualités  –  publiée le 15/06/2023 par Équipe de rédaction Santélog

eNeuro

Voilà une nouvelle illustration des avantages de l’exercice, et ici de la course à pied pour la santé cognitive plus tard dans la vie (Visuel Adobe Stock 43285502) Une image contenant texte, Police, logo, conception

Description générée automatiquement

Voilà une nouvelle illustration des avantages de l’exercice, et ici de la course à pied pour la santé cognitive plus tard dans la vie : cette équipe de la Florida Atlantic University (FAU) révèle comment l’exercice contribue à maintenir bien câblés les « vieux » neurones, nés à l’âge adulte.

L’étude, publiée dans la revue eNeuro ajoute à la preuve de l’efficacité de l’activité physique à retarder ou empêcher le déclin structurel et fonctionnel chez les personnes âgées.

Le vieillissement s’accompagne souvent d’un déclin cognitif et parmi les premières structures du cerveau touchées, figurent l’hippocampe et les cortex adjacents, des zones essentielles à l’apprentissage et à la mémoire.

Ces déficits cognitifs sont associés à une réduction du volume de l’hippocampe et à une dégradation de la connectivité synaptique entre l’hippocampe et le cortex (péri)-entorhinal.

Pourquoi les neurones nés à l’âge adulte ?

On pense que les neurones nés à l’âge adulte contribuent à la fonction de mémoire, dépendante de l’hippocampe, et jouent un rôle particulièrement important pendant la « période critique » de développement cellulaire, entre 3 et 6 semaines d’âge cellulaire, lorsqu’ils sont dotés une plasticité synaptique accrue. Cependant, ces nouveaux neurones restent présents pendant de nombreux mois, bien au-delà de cette période critique, et on ignore comment ils interagissent dans les réseaux neuronaux et si leurs connexions restent modifiables par l’activité physique à l’âge mûr.

Pour lire la suite =  EXERCICE et COGNITION : Courir pour ne pas déconnecter | santé log (santelog.com)

Ou m’écrire à = gacougnolle@gmail.com