Une image contenant peau, personne, gros plan, joue

Description générée automatiquement Une image contenant logo, symbole, Police, Graphique

Description générée automatiquement Publié le 21/07/2023

Le nombre de cas de démence devrait augmenter rapidement dans les prochaines décennies du fait du vieillissement de la population mondiale, et elle devrait concerner 150 millions de personnes à l’échelle mondiale en 2050.

D’où l’intérêt d’identifier des facteurs de risque modifiables qui pourraient être traités à grande échelle afin de réduire le risque de déclin cognitif qui précède la démence.

La perte auditive est associée à un risque accru de déclin cognitif et de démence chez les personnes âgées.

Les mécanismes avancés pour expliquer ce phénomène comprennent la charge cognitive (hypothèse de la dégradation de l’information), les effets structurels sur le cerveau (hypothèse de la privation sensorielle), et la réduction de l’engagement social et de la participation à des activités stimulantes sur le plan cognitif.

Une méta-analyse a récemment conclu qu’une intervention sur la perte auditive était associée à une diminution du risque de déclin cognitif.

Un essai de prévention primaire sur près de 1 000 personnes âgées

L’étude ACHIEVE (Aging and Cognitive Health Evaluation in Elders) est un essai contrôlé randomisé multicentrique aux Etats-Unis, à groupes parallèles, sans insu, ayant inclus des adultes âgés de 70 à 84 ans souffrant d’une perte auditive bilatérale (<70 dB dans la meilleure oreille) non traitée et sans troubles cognitifs importants (score MME ≥23 ou ≥25 si le sujet avait suivi des études supérieures).

Les participants ont été recrutés à partir de deux populations d’étude sur chacun des 4 sites investigateurs :

(1) des personnes âgées participant à l’étude observationnelle ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities) sur la santé cardiovasculaire,

(2) et des volontaires en bonne santé.

Les participants ont été assignés au hasard (1:1) à une intervention auditive (conseils audiologiques et fourniture d’appareils auditifs) ou à une intervention témoin d’éducation à la santé (séances individuelles couvrant des sujets sur la prévention des maladies chroniques) tous les 6 mois.

Le critère d’évaluation principal était la variation sur 3 ans d’un score standardisé de cognition globale établi à partir d’une batterie neurocognitive complète. L’analyse a été faite en intention de traiter.

Pour lire la suite = JIM.fr – Des appareils auditifs en prévention de la démence, à bon entendeur…

Ou m’écrire à = gacougnolle@gmail.com