Une image contenant logo, Police, symbole, Graphique

Description générée automatiquement Dr Bernard-Alex Gauzere | 22 avril 2024

L’échec du sevrage de la ventilation mécanique relève d’une physiopathologie complexe.

Bien que le dysfonctionnement des muscles respiratoires soit très fréquent chez ces patients et qu’il soit fortement associé à l’échec d’un essai de respiration spontanée, à l’échec du sevrage et à la mortalité, son évaluation n’est pas encore routinière.

La détection précoce de la dysfonction des muscles respiratoires peut permettre aux cliniciens d’identifier les patients à risque d’échec du sevrage qui pourraient bénéficier de stratégies de traitement visant à préserver ou à améliorer la fonction des muscles respiratoires.

Des outils d’évaluation au lit du patient

Hormis l’étalon-or qui enregistre les pressions trans-diaphragmatiques de contraction ou les pressions d’ouverture (artificielle) des voies aériennes pendant la stimulation du nerf phrénique, d’autres méthodes sont moins invasives et plus accessibles sur le plan clinique.

Au chevet du patient, plusieurs outils permettent une évaluation complète de la fonction des muscles respiratoires diaphragmatiques et non diaphragmatiques.

Tout d’abord, la force globale des muscles respiratoires peut être évaluée en mesurant les pressions inspiratoire et expiratoire maximales (PImax), souvent utilisées en recherche et en clinique parce que la mesure est facile à réaliser.

L’imagerie par ultrasons évalue plusieurs aspects de la fonction des muscles respiratoires, tels que l’épaisseur, la contractilité et l’excursion du diaphragme.

La pression d’occlusion des voies aériennes pendant les 100 premières ms de l’effort inspiratoire (P0.1) reflète la commande respiratoire neuronale et sa transmission aux muscles respiratoires.

La P0.1 est fréquemment utilisée, car elle est rapidement obtenue avec un ventilateur mécanique.

Enfin, l’électromyographie des muscles respiratoires qui évalue l’activation des muscles respiratoires, est réservée à la recherche.

Pour lire la suite 🡺JIM.fr – Journal International de Médecine

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com