Accueil Course au large Arkéa Ultim Challenge – Brest

Charles Caudrelier a franchi le troisième et dernier grand cap de l’Arkéa Ultim Challenge, ce mardi 6 février à 18 h 08 (heure française), après 30 jours 04 heures et 38 minutes de course. Un soulagement pour le skipper du Maxi Edmond de Rothschild, mais la route est encore bien longue pour remonter l’Atlantique et rallier Brest : plus de 7 000 milles restent à parcourir avant d’entrevoir la victoire.

Le passage du cap Horn par Charles Caudrelier a été immortalisé.Une image contenant Police, logo, Graphique, texte

Description générée automatiquement

Le passage du cap Horn par Charles Caudrelier a été immortalisé. | YANN RIOU / POLARYSE / GITANA SA

Voiles et Voiliers. Modifié le 06/02/2024 à 18h59

Lire l’édition numérique

Arkéa Ultim Challenge. Charles Caudrelier a passé le cap Horn après 30 jours et 4 heures de course (ouest-france.fr)

Leader de l’Arkea Ultim Challenge depuis le 17 janvier dernier, Charles Caudrelier signe à ce jour un sans-faute.

Après Bonne Espérance et Leeuwin, le Horn est désormais dans le tableau de chasse du Gitana Team.

Ce mardi 6 février, le Maxi Edmond de Rothschild a franchi la longitude du cap Horn, situé à l’extrémité sud de l’île Horn dans la partie chilienne de l’archipel de la Terre de Feu, à 18 heures 8 minutes et 40 secondes (heure française) après 30 jours 4 heures 38 minutes et 40 secondes de course.

Il s’agit du 4e temps de l’histoire des tours du monde et du 2e en solitaire.

En effet, alors que le record de l’Ocean Indien est accroché au palmarès de Gitana 17 depuis le 28 janvier avec un nouveau chrono de 8 jours 8 heures 20 minutes et 36 secondes, celui du Pacifique lui échappe.

François Gabart avait mis 29 jours 03 heures et 15 minutes entre Ouessant et le cap Horn lors de son Trophée Saint-Exupéry victorieux en 2017.

VOIR AUSSI : VIDÉO. Arkéa Ultim Challenge. Charles Caudrelier : « Ce ne sera pas un cap Horn volé ! »

Une image contenant plein air, personne, bateau, véhicule

Description générée automatiquement

Charles Caudrelier dispose d’une avance très confortable sur ses poursuivants, mais bien des choses peuvent encore se passer jusqu’à Brest. | CHARLES CAUDRELIER / GITANA SA

Le skipper du Maxi Edmond de Rothschild est de retour en Atlantique après plus de 18 jours de navigation dans les mers du Sud.

Du cap des Aiguilles, point de passage référence en Afrique du Sud qui matérialise l’entrée dans l’Indien et les mers australes, au mythique et légendaire cap Horn ce mardi, le géant aux cinq flèches a parcouru plus de 11 900 milles, à la vitesse moyenne de 28 nœuds.

Un chiffre d’autant plus significatif que la traversée du Pacifique a été marquée par 48 heures de « pause », entre le jeudi 1er et le samedi 3 février, à progresser à faible allure pour laisser passer un vaste système dépressionnaire qui lui barrait la porte de sortie vers le Horn.

Réaction de Charles Caudrelier, mardi 6 février, à son passage du Horn

« Pour moi, ce cap il représente beaucoup de choses. C’est mon quatrième mais celui-là, il est historique ! Historique pour moi ; mon premier en solitaire. Historique pour ce bateau, pour le Gitana Team mais aussi pour la voile car c’est le premier maxi-trimaran volant à passer le cap Horn.

On a réussi ! En 2017, le Gitana Team mettait à l’eau ce bateau révolutionnaire, imaginé trois ans avant avec les équipes de Guillaume Verdier.

Sept ans après, la vision de cette équipe, de ses armateurs – Ariane et Benjamin de Rothschild – se traduit par un passage du cap Horn en tête et c’est mérité.

Ça restera dans la légende et c’est magique. Pour moi, c’est forcément magique aussi.

En solitaire, quelle émotion de passer le cap Horn. J’en ai rêvé depuis que je suis gamin et je ne l’avais jamais fait.

On m’a donné une opportunité, je ne l’ai pas ratée et j’en suis fier pour moi et pour toute l’équipe.

C’est un point de passage, la course est encore longue mais même si je ne la gagnais pas, j’aurais passé le cap Horn en tête et ça c’est important.

C’est gravé dans ma mémoire. C’est une étape importante mais il reste du travail.

Mon bateau est en bon état, il n’est pas parfait mais j’ai un bateau qui peut s’exprimer quasiment à 100 % de son potentiel. Mon objectif c’est maintenant de gérer l’avance que nous avons et de finir.

Je peux gagner cette course. Je le sais et les autres aussi. »

Une image contenant plein air, ciel, nuage, eau

Description générée automatiquement

Un moment inoubliable pour Charles Caudrelier. | YANN RIOU / POLARYSE / GITANA SA

Les premiers jours de la remontée de l’Atlantique

« La suite n’est pas simple. J’ai encore 4-5 jours un peu compliqués mais dès que j’aurai attrapé l’alizé au large de Rio cela ira car à partir de là on connaît la route et c’est tout droit au moins jusqu’aux Açores.

Après, ce que va nous réserver la fin je ne le sais pas. L’objectif est d’arriver à amener ce bateau le plus vite possible dans l’alizé car il y a encore du vent fort, des transitions.

Mais l’avance est énorme et je vais essayer de la gérer. »

(Source : service presse)

Arkéa Ultim Challenge – Brest Charles Caudrelier Edmond de Rothschild Gitana 17 Ultim cap Horn