Accueil Course au large Arkéa Ultim Challenge – Brest

Ce dimanche matin, Armel Le Cléac’h a franchi le cap Horn, dans des conditions plutôt maniables, en deuxième position de l’Arkéa Ultim Challenge – Brest.

Pour la première fois avec son Maxi Banque Populaire XI, Armel Le Cléac'h a franchi le cap Horn. Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque

Description générée automatiquement

Pour la première fois avec son Maxi Banque Populaire XI, Armel Le Cléac’h a franchi le cap Horn. | ARMEL LE CLÉAC’H / MAXI BANQUE POPULAIRE XI

Voiles et Voiliers. Publié le 11/02/2024 à 10h32

Abonnez-vous

Arkéa Ultim Challenge. « Ça n’a pas été de tout repos » : Armel Le Cléac’h franchit le cap Horn (ouest-france.fr)

C’est fait ! Armel Le Cléac’h a quitté l’océan Pacifique ce dimanche matin, en franchissant le cap Horn à 6 h 01, heure française.

Le skipper du Maxi Banque Populaire XI est de nouveau dans l’Atlantique Sud, après 34 jours 16 h 31 et 50 s de course.

Toujours en deuxième position de l’Arkéa Ultim Challenge – Brest, il a contourné la mythique porte rocheuse 4 jours et 12 heures après Charles Caudrelier, solide leader de la course.

Armel Le Cléac’h a laissé le cap Horn à une quinzaine de milles dans de bonnes conditions météo.

« On est au près avec une vingtaine de nœuds de vent.

Le grand changement, c’est une mer relativement calme et ça fait du bien.

Il y a quelques bateaux, là, on vient de passer pas loin d’un cargo au moment du Horn », commente-t-il, dans une vacation.

J’aurais bien aimé passer de jour pour profiter un peu du paysage.

Au cœur de la nuit Sud-américaine, le skipper n’aura pas vu les contours du cap mythique.

« Ce n’est pas la même émotion. J’aurais bien aimé passer de jour pour profiter un peu du paysage.

Ce sera pour tout à l’heure. Il y aura sûrement de belles images au moment du passage des îles des États », souligne-t-il.

Si le marin avait déjà contourné trois fois le cap Horn en monocoque, c’est une première en trimaran.

« Ça fait plaisir de le passer avec un bateau volant.

Réussir à passer ce cap-là, avec ce bateau, c’était un de mes objectifs au départ.

Ça n’a pas été de tout repos, mais on a réussi, grâce à toute l’équipe, à tout le travail réalisé pour que le bateau réponde présent », se réjouit-il.

On sait qu’on va naviguer dans une zone où on est proche des secours.

La sortie des mers du Sud fait plaisir au marin, après plusieurs journées difficiles dans l’océan Pacifique, en raison des conditions météorologiques.

« Ça fait du bien de retrouver un peu la civilisation : les bateaux, la terre…

On sait qu’on va naviguer dans une zone où on est proche des secours, de toute la logistique possible autour de nos bateaux. C’est rassurant », commente-t-il.

D’autant plus que les conditions s’annoncent musclées pour la suite.

« Dès la fin de journée, le vent va rentrer. On va essayer de trouver des conditions adaptées, sans tirer trop sur la machine, en espérant qu’on retrouve une route un peu plus safe.

Parce qu’il y aura des zones avec plus de 35-40 nœuds de vent, de portant, avec de la mer qui va vite se former.

On va essayer de trouver la route la plus simple », détaille Armel Le Cléac’h.

« On est content de remonter vers la maison, en tout cas vers le Nord. Vers des conditions qui devraient s’améliorer dans les prochains jours. »

VOIR AUSSI : La cartographie de l’Arkéa Ultim Challenge – Brest

Derrière lui, Thomas Coville, actuellement en troisième position, devrait passer le cap Horn dans les prochaines heures.

(Source : service presse)

Arkéa Ultim Challenge – Brest Armel Le Cléac’h Banque Populaire cap Horn