Accueil Course au large record

Aina Bauzà, navigatrice espagnole de 29 ans, a établi un nouveau record sur la transatlantique Cadix – Bahamas en solitaire en monocoque à bord de son Mini 6.50.

Aina Bauzà est arrivé mercredi 3 avril à 12 h 49 minutes, heure de Paris, sur l’île de San Salvador, aux Bahamas.

Aina Bauzà est arrivé mercredi 3 avril à 12 h 49 minutes, heure de Paris, sur l’île de San Salvador, aux Bahamas. | DR

Voiles et Voiliers.Publié le 05/04/2024 à 12h00

Lire l’édition numérique

Après 30 jours de mer, elle établit un record de transatlantique en solitaire sur un Mini 6.50 (ouest-france.fr)

Avec une traversée de 30 jours, Aina Bauzà, la navigatrice du Club de Vela Puerto de Andratx, a franchi une étape importante en établissant le nouveau record transatlantique en solitaire en monocoque, en partant de Cadix vers les Bahamas le 3 mars dernier.

Le World Sailing Speed Record Council (WSSRC), l’organisme chargé des records du monde de voile, certifiera cet exploit, faisant d’Aina la première personne à effectuer cette traversée entre Cadix et San Salvador en solitaire en monocoque, la première femme à le faire et la première navigatrice à bord d’un Mini 6.50, à l’âge de 29 ans seulement.

L’objectif initial était de parcourir les quelque 4 000 milles nautiques qui séparent Cadix de San Salvador en moins de 21 jours, mais des conditions météorologiques défavorables ont retardé l’arrivée de la navigatrice.

« La météo ne m’a pas permis de prendre la route la plus courte, j’ai dû aller très au Sud pour rester dans la zone de vents favorables et parcourir beaucoup plus de milles que prévu », explique Aina.

Finalement, elle a parcouru environ 4 800 milles en 30 jours, à une vitesse maximale de 18 nœuds.

LIRE AUSSI : ENTRETIEN. Aina Bauza veut battre le record sur la Route de la découverte en Mini

Une météo capricieuse

Aina a dû faire face à des conditions météorologiques imprévisibles tout au long de son voyage.

Au cours de la première phase du voyage, elle a rencontré trois fronts froids.

Bien que l’arrivée aux Canaries ait été positive, elle a connu quelques heures de faible vitesse en raison du dévent des îles.

Plus tard, en entrant dans l’Atlantique, elle a dû descendre plus au Sud en raison de la proximité de l’anticyclone des Açores.

En traversant l’Atlantique, elle a ensuite rencontré des alizés qui se sont progressivement renforcés, avec des jours de vents supérieurs à 25 nœuds et des vagues allant jusqu’à 4 mètres.

Enfin, à l’approche des Caraïbes, une succession de jusqu’à quatre fronts froids assez actifs a provoqué des vents plus variables et surtout des précipitations très importantes.

Un défi personnel

Au-delà du défi global, cette traversée a représenté un défi personnel pour Aina.

« C’était la première fois que je passais autant de jours seul à bord et ma première traversée de l’Atlantique »

Pendant plus de 16 jours, elle n’a vu aucune trace de vie humaine et ce n’est que dans les eaux des Caraïbes, près de l’arrivée, qu’elle a croisé le premier cargo.

« Je l’ai vu sur l’AIS et je n’arrivais pas à y croire, il y avait un navire à proximité, je devais le voir de mes propres yeux ».

Elle a également été surprise de trouver une grande quantité de déchets dans l’océan : « jai trouvé un néon fluorescent de cuisine ou des emballages, des morceaux tuyaux…

J’ai eu beaucoup de peine car il m’était impossible de le ramasser à la vitesse à laquelle je naviguais ».

Retrouvez les vidéos envoyées pendant son tour du monde sur sa page Facebook

Nouveau temps de référence : 30 jours 22 heures et 34 minutes

Distance parcourue : 4 800 milles

Vitesse moyenne : 6,6 nœuds

(Source service presse)

record Transatlantique Mini 6.50