Actualités Voile

Vendée Globe. Le président de la FFVoile réagit aux soupçons de tricherie

Accueil Course au large Vendée Globe

Article premium, Réservé aux abonnés (contenu complet accessible)

Un ou une skipper a-t-il triché pendant le dernier Vendée Globe ? Une instruction est ouverte pour présomption de routage, formellement interdit sur cette course. Le président de la FFVoile, Jean-Luc Denéchau, qui ne cite aucun nom, explique qu’un jury sera désigné. Celui-ci devrait recevoir les marins concernés et se prononcer sur la véracité des faits.

Le Président de la FFVoile Jean-Luc Denéchau demande l’ouverture d’une instruction pour présomption de routage sur le Vendée Globe 2020-2021. Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque

Description générée automatiquement

Le Président de la FFVoile Jean-Luc Denéchau demande l’ouverture d’une instruction pour présomption de routage sur le Vendée Globe 2020-2021. | DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE

Voiles et Voiliers.Publié le 13/02/2024 à 16h17

Lire l’édition numérique

Vendée Globe. Le président de la FFVoile réagit aux soupçons de tricherie (ouest-france.fr)

Un/e skipper pourrait avoir bénéficié d’un routage météo venant de la terre sur le Vendée Globe 2020-2021, ce qui est strictement interdit par le règlement de la course.

Le Vendée Globe est un tour du monde sans escale et sans assistance où les navigateurs doivent établir seuls leur stratégie météo et adapter leur trajectoire sans aucune aide venant de l’extérieur, sous peine de disqualification pendant la course.

Une telle situation ne s’est jamais produite depuis le premier Vendée Globe, en 1989.

La suite est réservée à nos abonnés.

1€50/semaine

Sans engagement

Abonnez-vous et lisez le magazine et tous les articles

Annulable à tout moment

J’en profite

Déjà abonné ? Se connecter

————————————————————————————————————————————————————————————-

VIDÉO. Les coulisses de la préparation olympique de l’équipe de France : Marseille et son plan d’eau

Accueil Régate Jeux Olympiques

Comment se préparent les athlètes de l’équipe de France Voile aux jeux Olympiques 2024 ?

Découvrez à travers la websérie « Vue de la corniche » les coulisses d’une préparation olympique à quelques mois des Jeux.

Une immersion au sein de l’élite de la voile française.

Dans ce deuxième épisode, on suit les marins tricolores en stage dans la rade de Marseille, un plan d’eau complexe qu’il faut apprivoiser.

Les 49er en rade de Marseille, le plan d’eau des Jeux olympiques.Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque Description générée automatiquement

Les 49er en rade de Marseille, le plan d’eau des Jeux olympiques. | SAILING ENERGY / FFVOILE

Voiles et Voiliers. Modifié le 14/02/2024 à 09h43

Abonnez-vous

VIDÉO. Les coulisses de la préparation olympique de l’équipe de France : Marseille et son plan d’eau (ouest-france.fr)

À quelques mois des Jeux olympiques de Paris, découvrez les coulisses de la préparation olympique de l’équipe de France Voile à travers la websérie intitulée « Vue de la corniche ».

Ce nouvel épisode a été tourné à l’occasion d’un stage d’entraînement de 15 jours organisé sur le futur plan d’eau des JO, à Marseille, réputé pour être complexe et technique.

D’où l’importance de le connaître du mieux possible pour espérer briller à domicile et décrocher des médailles olympiques.

Dans cette vidéo, on retrouve les témoignages instructifs de Philippe Mourniac, directeur de l’équipe de France de voile, et de plusieurs athlètes dont : Jean-Baptiste Bernaz qui nous parlent des spécificités du plan d’eau de Marseille et des Jeux « à la maison ».

VOIR AUSSI : Vue de la corniche, la série sur la préparation aux Jeux olympiques de l’équipe de France Voile (épisode 1)

L’ÉPISODE 2 CI-DESSOUS:

https://www.facebook.com/watch/?v=613200153474699&t=14

Crédit : FFVoile

Toutes les trois semaines, retrouvez un nouvel épisode de « Vue de la corniche » sur le site de Voiles et Voiliers.

Jeux Olympiques équipe de France FFVoile-Fédération Française de Voile Sport de glisse et voile légère

Suspicion de triche pour un routage sur le dernier Vendée Globe

Accueil Course au large Vendée Globe

Alors que l’assistance météo est strictement interdite sur le Vendée Globe, un ou une skipper aurait reçu des informations de routage de la part d’un autre marin à terre, d’après un mail anonyme contenant des captures d’écran.

Le président de la FFVoile demande l’ouverture d’une instruction.

Pour l’heure aucun nom n’a été dévoilé, mais les deux skippers concernés sont aussi candidats au Vendée Globe 2024…

Trente-trois marins étaient au départ du Vendée Globe 2020-2021. Des suspicions pèsent sur l’un ou l’une d’entre eux. Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque

Description générée automatiquement

Trente-trois marins étaient au départ du Vendée Globe 2020-2021. Des suspicions pèsent sur l’un ou l’une d’entre eux. | CHRISTOPHE FAVREAU

Gaëlle LEBOURG .Modifié le 13/02/2024 à 19h37

Lire l’édition numérique

Suspicion de triche pour un routage sur le dernier Vendée Globe (ouest-france.fr)

Trois ans après le Vendée Globe 2020-2021, un mail anonyme sème le doute sur la conduite d’un/e skipper pendant la dernière édition du tour du monde en solitaire sans escale.

Après avoir reçu « des captures d’écran tombées anonymement dans les boîtes mails de plusieurs skippers », d’après les informations de nos confrères du Télégramme, la FFVoile a ouvert une instruction pour suspicion de routage interdit. Un jury sera chargé d’analyser la véracité des faits.

Contrairement à des courses en maxi-trimarans comme l’Arkéa Ultim Challenge, le routage et l’assistance météo sont strictement interdits sur le Vendée Globe.

L’avis de course stipule en effet que « sont interdits une assistance météorologique personnalisée et le routage, défini comme une analyse, une interprétation ou un traitement d’informations ou de données personnalisées, spécialement préparées pour un skipper ou un groupe de skippers, venant de l’extérieur du bateau et permettant la compréhension des différentes situations météorologiques et le choix de la ou des routes à suivre ou à ne pas suivre. ».

Avant le départ du Vendée Globe, les marins signent d’ailleurs une déclaration sur l’honneur qui les engage à respecter cette règle de non-routage, de non-assistance.

En course, les navigateurs utilisent évidemment des logiciels de routage comme Adrena à bord et téléchargent des fichiers météo. Mais ils doivent les analyser seuls, strictement seuls, pour définir leur trajectoire…

La FFVoile ne cite pas de noms

Dans cette affaire, la FFVoile s’appuie sur la règle des courses à la voile (RCV) numéro 69, qui oblige tous les concurrents à ne pas commettre d’actes de mauvaise conduite.

Si un jury estime qu’une personne a enfreint cette règle, il peut ouvrir une instruction « d’après des informations reçues de quelque source que ce soit ».

Charge au jury d’analyser les échanges que le skipper a eus avec la terre, sachant que les communications des navigateurs du Vendée Globe ne sont normalement pas contrôlées ni filtrées par l’organisation.

Deux skippers sont visés par cette instruction : l’un était en mer, l’autre à terre.

Les navigateurs sont présumés innocents et la FFVoile n’a cité aucun nom.

Si les faits sont confirmés, une commission de discipline pourra être ouverte par la FFVoile.

Le monde de la voile français a déjà été confronté en 2023 à deux cas de tricherie sur la Solitaire du Figaro.

Les skippers Benoît Tuduri et Pierre Daniellot avaient téléchargé des fichiers météo pendant la course, ce qui est strictement interdit par le règlement de la classe Figaro.

En octobre dernier, ils ont été suspendus provisoirement de toute compétition par la FFVoile.

Vendée Globe routage

INTERVIEW. Marc Olivaux, président des Glénans : « Nous agissons pour démocratiser la voile »

Accueil Formation Les Glénans

Article premium, Réservé aux abonnés (contenu complet accessible)

Marc Olivaux a pris la présidence des Glénans en octobre 2023, après la démission de Thierry Fuzellier, visé par des signalements envoyés à la cellule Stop Violences de l’école.

Le nouveau président fait le point avec Voiles et Voiliers sur ses ambitions pour les Glénans, cette mythique école de voile qui accueille près de 20 000 stagiaires par an, avec l’appui de 1 000 bénévoles et de 120 salariés.

Le K.I.S.S. – Keep It Simple & Smart - est un trimaran polyvalent de 6,60 m, livré gratuitement en kits à des lycées sélectionnés par les Glénans. Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque

Description générée automatiquement

Le K.I.S.S. – Keep It Simple & Smart – est un trimaran polyvalent de 6,60 m, livré gratuitement en kits à des lycées sélectionnés par les Glénans. | GILLES DEDEURWAERDER

Propos recueillis par Gaëlle LEBOURG. Publié le 12/02/2024 à 17h00

Lire l’édition numérique

INTERVIEW. Marc Olivaux, président des Glénans : « Nous agissons pour démocratiser la voile » (ouest-france.fr)

Voiles et Voiliers : Comment s’est passée votre prise de fonction en octobre, dans un climat social compliqué ?

Marc Olivaux : J’étais déjà administrateur depuis 2020, je connaissais le fonctionnement de l’association. J’ai pris mes fonctions dans un contexte pas si simple, mais on a fonctionné de façon assez performante depuis. Pour rencontrer les salariés et les bénévoles, j’ai fait un tour des bases bretonnes dix jours après ma prise de fonction, puis, plus tard, des bases méditerranéennes. En deux mois, j’ai fait un gros travail de dialogue.

Voiles et Voiliers : Quelle est votre feuille de route ?

Marc Olivaux : Nous avons des projets structurels aux Glénans, articulés autour de trois grands axes stratégiques votés par le conseil d’administration pour plusieurs années. Le premier axe porte sur la promotion du bénévolat et le deuxième sur la diversité des publics. Nous souhaitons nous adresser notamment aux jeunes, aux personnes défavorisées ou en situation de handicap. Nous travaillons enfin sur nos engagements environnementaux, cela fait partie de l’ADN des Glénans. Les fondateurs des Glénans ont aussi fondé le Conservatoire du littoral et nous sommes implantés uniquement sur des sites naturels protégés.

En 2023, nous avons accueilli en tout 1 851 scolaires.

La suite est réservée à nos abonnés.

1€50/semaine

Sans engagement

Abonnez-vous et lisez le magazine et tous les articles

Annulable à tout moment

J’en profite

Déjà abonné ? Se connecter

======================================================================================================

Arkéa Ultim Challenge. « Là, oui, j’ai eu peur… » : Thomas Coville raconte sa grosse chute à bord

Accueil Sport Voile Ultim Challenge

Thomas Coville a connu une grosse frayeur sur l’Arkéa Ultim Challenge, vendredi 9 février.

Le skipper de Sodebo a lourdement chuté et s’est blessé l’épaule.

« On m’a souvent demandé si j’ai peur, là, oui, j’ai eu peur », a-t-il confié.

Thomas Coville s’est blessé à l’épaule sur l’Arkéa Ultim Challenge. Une image contenant Police, logo, Graphique, Marque

Description générée automatiquement

Thomas Coville s’est blessé à l’épaule sur l’Arkéa Ultim Challenge. | PHOTO : DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE

Ouest-France Victor WEULERSSE. Publié le 11/02/2024 à 16h13

Abonnez-vous

Arkéa Ultim Challenge. « Là, oui, j’ai eu peur… » : Thomas Coville raconte sa grosse chute à bord (ouest-france.fr)

Thomas Coville n’est pas passé loin d’une grosse blessure sur l’Arkéa Ultim Challenge. Vendredi 9 février, le skipper de Sodebo a lourdement chuté à bord de son bateau.

« Il m’est arrivé un truc que je redoutais, mais qui ne s’est pas révélé très grave, a-t-il confié samedi 10 février.

J’ai frôlé l’avarie, l’accident, dans un enfournement. Le bateau est parti dans un surf, avec la houle très puissante qui vient de l’arrière, il s’est arrêté dans une vague.

J’étais à la table à cartes, qui a pivoté dans le mouvement, et elle m’a laissé partir tout droit.

Je n’ai pas su me retenir. C’est une erreur pour un marin, de tomber.

J’ai fait une chute de 2,5 mètres pour aller m’encastrer dans la verrière.

Je me suis mis en protection sur le côté, et l’épaule droite est venue taper.

Ce fut extrêmement violent, j’ai eu une sacrée douleur. »

« Ça peut basculer vite et devenir critique ou dangereux »

Le skipper de 55 ans a heureusement bénéficié d’une « assistance médicale incroyable » à distance, puisqu’ « en 24 heures, les choses sont revenues en place ».

Toutefois, cet accident a poussé le marin à plusieurs réflexions : « Mais il reste cette notion d’être seul et sur un fil qui font comprendre que c’est très proche.

Comme quand, dans l’Indien, j’allais sur le flotteur pour hooker manuellement mon foil pour pouvoir m’en servir et que, le long du flotteur, c’est la mer sombre qui se propose en abysse.

Ces moments-là rappellent que cette compétition est un challenge et qu’il ne faut pas dépasser ce fil.

On m’a souvent demandé si j’ai peur.

Hier (vendredi), oui, j’ai eu peur de ne plus être capable de faire une manœuvre, de rouler le gennaker…

Ça peut basculer vite et, soudainement, devenir critique ou dangereux. On le sait. »

Désormais, Coville indique avoir « un regard un peu différent sur la course ».

Et il a cité Yann Eliès, qui s’était cassé la jambe lors du Vendée Globe 2008, en exemple. 

« Il est revenu différent. Son regard a changé, il est une pépite de vie.

Moi, j’en suis très loin, hein, j’ai juste eu une prise de conscience que je ne m’étais jamais blessé.

Yann, chapeau bas, j’ai pensé à toi toute l’après-midi. Ça m’a fait un bien fou.

Ce moment aura sans doute une importance non négligeable dans mon tour du monde. »

À LIRE AUSSI

La cartographie et le classement de l’Arkéa Ultim Challenge

Ce dimanche 11 février, au pointage de 15 heures, le skipper de Sodebo était troisième de l’Arkéa Ultim Challenge, à 300 milles d’Armel Le Cléac’h (Maxi Banque Populaire XI).

Il devrait franchir le cap Horn dans la soirée.

Ultim Challenge Ultime Voile Sport Thomas Coville Actualité en continu