Actualités Voile

VIDÉO. Retour sur la superbe bataille sur l’eau des 12m JI au championnat du monde, à Porquerolles

Accueil Bateau 12m JI

Entre des longs bords sous spi, des croisements serrés ou des fines manœuvres, le championnat du monde de 12m JI a livré de magnifiques images de voile.

Retour sur le troisième jour de course, qui a offert un spectacle de toute beauté.

Jour 3 du championnat du monde des 12 m JI 2024, le 21 juin, à Porquerolles. Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

Jour 3 du championnat du monde des 12 m JI 2024, le 21 juin, à Porquerolles. | Y.C. PORQUEROLLES / GILLES MARTIN-RAGET

Voiles et Voiliers. Publié le 23/06/2024 à 09h53

Abonnez-vous

VIDÉO. Retour sur la superbe bataille sur l’eau des 12m JI au championnat du monde, à Porquerolles (ouest-france.fr)

DU 17 au 22 juin, le championnat du monde de 12m JI à Porquerolles aura offert de somptueuses images de ces bateaux légendaires.

Dans des conditions ventées, ils étaient 224 marins à batailler sur l’eau à Porquerolles, sur les quatorze 12m JI en lice, qui ont participé à la Coupe de l’America de 1958 à 1987.

LA VIDÉO CI-DESSOUS :

12mR World Championship – Porquerolles (FRA) (youtube.com)

Dans le groupe 1, Kookabura II (KA12) de l’Italien Patrizio Bertelli et skippé par le Brésilien Torben Grael a largement dominé le championnat du monde, qu’il a remporté.

À son arrivée, Torben Grael, skipper de Kookabura II (KA12), a réagi : « Nous avons eu une semaine avec beaucoup de vent, des conditions parfaites pour le championnat du monde. »

VOIR AUSSI : EN IMAGES. Les majestueux 12m JI font le show à Porquerolles, les résultats du championnat du monde

Du côté des vintages (groupe 2), la bataille a été intense, et c’est Northern Light (US14) d’Hans Eliasson qui décroche le titre de champion du monde de 12m JI 2024.

« Quand nous avons acheté le bateau il y a cinq ans, nous avions pour objectif de gagner le championnat du monde 2024 et c’est fait ici à Porquerolles, nous sommes vraiment contents », s’est réjoui Hans Eliasson, propriétaire de Northern Light (US14).

(Source : service presse)

12m JI

SailGP. Dans des conditions très chaotiques, la France termine 8e de la première journée à New York

Accueil Régate SailGP

Devant la statue de la Liberté et les gratte-ciel de Manhattan, les dix nations de SailGP s’affrontent à New York ce week-end, pour la dernière épreuve, cruciale, avant le Grand Prix de San Francisco.

Les Français terminent la première journée de compétition frustrés, avec une 8e place au classement provisoire.

Ils espèrent se rattraper ce dimanche pour se qualifier à la Grande Finale à San Francisco, le 14 juillet.

Un cadre magnifique pour l'avant-dernière épreuve de SailGP, avec la statue de la Liberté en arrière-plan. Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

Un cadre magnifique pour l’avant-dernière épreuve de SailGP, avec la statue de la Liberté en arrière-plan. | SIMON BRUTY FOR SAILGP

Voiles et Voiliers.Publié le 23/06/2024 à 12h34

Lire l’édition numérique

SailGP. Dans des conditions très chaotiques, la France termine 8e de la première journée à New York (ouest-france.fr)

Avant le Grand Prix de San Francisco le 13 et 14 juillet, les dix nations de SailGP s’affrontent ce week-end à New York, pour le Mubadala United States Sail Grand Prix.

En quatrième position du classement général avant New York, les Français ont abordé cette avant-dernière épreuve avec l’espoir de terminer sur le podium au classement général, pour se qualifier à la Grande Finale qui aura lieu à San Francisco le 14 juillet, avec les trois meilleures équipes de la saison 4 de SailGP.

Probablement les conditions les plus chaotiques qu’on ait vues sur SailGP.

Marquée par des vents changeants et légers et par un fort courant, la première journée de course a été décevante pour l’équipage de Quentin Delapierre, qui pointe à la 8e place au classement provisoire ce samedi soir, après s’être classé 9e de la première course et 5e de la deuxième.

À cause du vent trop faible, la troisième course a été annulée peu après le départ.

À l’issue de cette journée, Quentin Delapierre, pilote France de SailGP Team, a concédé : « C’était compliqué aujourd’hui, probablement les conditions les plus chaotiques qu’on ait vues sur SailGP.

J’ai essayé de garder la tête en dehors du bateau mais j’ai loupé énormément de coups et je pense qu’on n’était pas très à l’aise non plus sur le bateau.

C’est compliqué quand tu vois les autres bateaux voler et que tu es bloqué dans une bulle sans vent, mais c’est la voile, c’est comme ça, on a joué avec ce qu’on avait. 

On a eu un petit problème avec le vide-vite, donc on a embarqué beaucoup d’eau.

On a essayé de le fixer à la première manche mais on n’a réussi que pour la deuxième. »

Une image contenant plein air, ciel, eau, voile

Description générée automatiquement

Le F50 français, piloté par Quentin Delapierre, à New York, samedi 22 juin. | RICARDO PINTO FOR SAILGP

LIRE AUSSI : SailGP. L’entraînement inédit des navigatrices

Le Canada, la Suisse et la Nouvelle-Zélande aux avant-postes

Menés par Phil Robertson, les Canadiens se hissent à la première place du classement provisoire ce samedi soir.

Les Suisses, qui pointaient à la 10e place du classement général avant New York, signent une très belle journée.

Après une sixième place sur la 1re course puis une victoire sur la 2e course, l’équipage de Nathan Outteridge décroche la 2e place du classement provisoire, avec 15 points.

Derrière eux, avec seulement un point de moins, on retrouve la Nouvelle-Zélande de Peter Burling, qui était à la tête du classement général avant New York.

À cause des orages annoncés dimanche en fin d’après-midi à New York, les courses de dimanche ont été avancées et auront lieu entre 19 h et 20 h 30 (heure de Paris), en direct sur Canal+ Sport.

Pour cette deuxième et dernière journée, seulement 8 points séparent le Canada (1er) et la France (8e). Les jeux sont encore ouverts pour les Français.

REVIVEZ LES TEMPS FORTS DU PREMIER JOUR EN VIDÉO :

Day 1 Highlights // Mubadala New York Sail Grand Prix | SailGP (youtube.com)

Classement provisoire du New York Sail Grand Prix, après deux courses

1- Canada / Phil Robertson (4-2) – 16 points

2- Suisse / Nathan Outteridge (6-1) – 15 points

3- Nouvelle-Zélande / Peter Burling (5-3) – 14 points

4- Emirates GBR / Giles Scott (1-7) – 14 points

5- Australie / Tom Slingsby (3-6) – 13 points

6- Rockwool DEN (Danemark) / Nicolai Sehested (2-8) – 12 points

7- Espagne / Diego Botin (7-4) – 11 points

8- France / Quentin Delapierre (9-5) – 8 points

9- États-Unis / Taylor Canfield (10-10) – 2 points

10- Allemagne / Erik Heil (9-8) – 1 point

* Germany SailGP Team : 4 points de pénalité pour un contact avec Australia SailGP Team pendant les courses d’entraînement.

Une image contenant plein air, ciel, voile, voilier

Description générée automatiquement

Les Canadiens et les Français passent devant la statue de la Liberté pendant le premier jour de course Canada du Mubadala New York Sail Grand Prix. | KATELYN MULCAHY FOR SAILGP

Classement général de la saison 4 de SailGP, avant New York

1- Nouvelle-Zélande / Peter Burling – 83 points

2- Espagne / Diego Botin – 72 points

3- Australie / Tom Slingsby – 71 points

4- France / Quentin Delapierre – 65 points

5- Rockwool DEN (Danemark) / Nicolai Sehested – 64 points

6- Emirates GBR / Giles Scott – 58 points

7- Canada / Phil Robertson – 58 points

8- États-Unis / Taylor Canfield – 50 points

9- Allemagne / Erik Heil – 35 points

10- Suisse / Nathan Outteridge – 28 points.

(Source : service presse)

SailGP F50 Quentin Delapierre New York

Fêtes maritimes de Brest 2024. Bernard Stamm : « Ça va être une belle fête ! »

Accueil Culture voile Fête maritime de Brest

Article premium, Réservé aux abonnés

Quatre après une annulation pour cause de virus du Covid, les Fêtes maritimes de Brest auront lieu du 12 au 17 juillet dans la cité du Ponant.

Le skipper Bernard Stamm, chargé du maritime pour cet événement, revient sur que l’on pourra voir lors de cette 8e édition.

Du vent, du soleil et une flotte imposante et éclectique en diable… Voilà les ingrédients qui font de Brest 2024 un événement unique au monde ! Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

Du vent, du soleil et une flotte imposante et éclectique en diable… Voilà les ingrédients qui font de Brest 2024 un événement unique au monde ! | ALEXIS COURCOUX

Jean-Luc GOURMELEN. Publié le 22/06/2024 à 18h59

Abonnez-vous

Fêtes maritimes de Brest 2024. Bernard Stamm : « Ça va être une belle fête ! » (ouest-france.fr)

Tant attendu, puisque annulé en 2020 pour cause de pandémie, ce rassemblement unique du patrimoine maritime mondial se tiendra du 12 au 17 juillet à Brest.

À l’origine, une poignée de voiliers de travail traditionnels se sont réunis au fond de la rade de Brest, près de Pors Beac’h (se prononce « porz bèr »), en 1980, 1982 et 1984.

Vu le succès rencontré, les éditions 1986 et 1988 se déroulent à Douarnenez, puis à Brest, où celle de 1992 offre une nouvelle dimension populaire grâce au concours « Bateaux des côtes de France ».

Lancé par la revue douarneniste le Chasse-Marée , il invite les communes, villes et régions à restaurer ou construire des répliques des bateaux qui ont marqué leur territoire : la Belle Angèle la Recouvrancele Corentinle Marche-Avecle Grand Léjonle Neire Maôve la Marie-Claudine

Sans oublier une multitude de voile-aviron construits par des particuliers qui rejoignent sur le plan d’eau la flotte des grands…

La suite est réservée à nos abonnés.

1€50/semaine

Sans engagement

Abonnez-vous et lisez le magazine et tous les articles

Annulable à tout moment

J’en profite

Déjà abonné ? Se connecter

=====================================================================================================

VIDEO. Un film retrace les 20 ans de la Classe40, de la commode Louis XV à la bête de course

Accueil Sport Voile

2004 – 2024. A l’occasion de l’anniversaire de ses 20 ans, la Class40, dont le succès ne se dément pas, a fait réaliser un film retraçant l’histoire de cette catégorie de bateaux de 12 m, qui attire désormais les skippers de très haut niveau.

Transat Jacques Vabre 2023 (Le Havre-Martinique) Le Passage  spectaculaire des Class40 à la bouée de dégagement

Thomas Brégardis / Ouest-France Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

Transat Jacques Vabre 2023 (Le Havre-Martinique) Le Passage spectaculaire des Class40 à la bouée de dégagement Thomas Brégardis / Ouest-France | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE

Ouest-France Jacques GUYADER. Publié le 20/06/2024 à 11h15

Abonnez-vous

 VIDEO. Un film retrace les 20 ans de la Classe40, de la commode Louis XV à la bête de course (ouest-france.fr)

Crée en 2020 aux Sables d’Olonne, la Class40 qui regroupe selon une jauge bien définie, les monocoques de 12 m, connaît un succès considérable.

Plus de 200 bateaux, (206 à ce jour) y ont adhéré depuis sa création, et chaque course ouverte aux Class40 affiche complet dans la catégorie.

En vingt ans, les Class40 sont passés du stade de la commode Louis XV, des bateaux fiables mais lourds et peu performants, à des bêtes de course, dont les performances sont désormais proches de celles des Imoca des années 2000-2005.

La classe attire désormais des skippers de très haut niveau attirés par les performances de ces bateaux de type scows au coût bien plus raisonnable et abordable que les Imoca, les Ocean Fifty et les ultim, évidemment.

A l’occasion de son vingtième anniversaire, la Class40 a fait réaliser un film de 20 minutes retraçant son histoire.

Un film où l’on retrouve les témoignages de Yoann Richomme, Halvard Mabire, Ambrogio Beccaria, Cédric de Kervenoael, Pamela Lee, Ian Lipinski, Dominique Vittet, Patrice Carpentier.

2004-2024 : la Class40 fête ses 20 ans (youtube.com)

Voile Sport Class40 Route du Rhum Jacques Valente Lorient Les Sables-d’Olonne Actualité en continu

=====================================================================================================

Accueil Bateau Class40

VIDÉO. « Une petite mobylette des mers » : La Class40 fête ses 20 ans, revivez son histoire en film

En 2004, les Class40 ont été imaginés pour être des bateaux océaniques, abordables, puissants et au départ des grandes courses au large. Vingt ans plus tard, plus de 200 Class40 ont été construits et le contrat a été rempli, racontent des grands skippers dans le film anniversaire de la classe.

On comptait 44 Class40 au départ de la Transat Jacques Vabre 2023. Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

On comptait 44 Class40 au départ de la Transat Jacques Vabre 2023. | JEAN-LOUIS CARLI / ALEA

Voiles et Voiliers. Publié le 20/06/2024 à 16h00

Lire l’édition numérique

 VIDÉO. « Une petite mobylette des mers » : La Class40 fête ses 20 ans, revivez son histoire en film (ouest-france.fr)

« Un Class40, c’est une petite mobylette des mers, de 12 mètres, avec une quille fixe, quelques ballasts, quelques voiles et c’est parti », dixit Yoann Richomme.

La Class40, née en 2004, sort un beau film anniversaire à l’occasion de ses 20 ans, avec les témoignages de Yoann Richomme, Halvard Mabire, Ambrogio Beccaria, Cédric de Kervenoael, Pamela Lee, Ian Lipinski, Dominic Vittet et Patrice Carpentier.

Ils reviennent sur l’histoire de ces petits monocoques abordables et puissants, inscrits dès leur création à l’édition suivante de la Route du Rhum, en 2006.

« On était les plus petits bateaux, se rappelle Dominic Vittet dans la vidéo.

Pour beaucoup de gens qui rêvaient de faire le Rhum, c’était un appel d’air incroyable. »

LA VIDÉO DES 20 ANS DE LA CLASS40 :

2004-2024 : la Class40 fête ses 20 ans (youtube.com)

Crédit vidéo : Nefsea / Class40

Les Class40 ont été conçus pour être des bateaux océaniques, « qui permettraient de faire quasiment le même programme que les 60 pieds Open (qui sont devenus les Imoca), mais sans atteindre ces prix et en restant techniquement abordables », explique Halvard Mabire.

Dominic Vittet abonde : « Faire une série prototype, mais encadrée avec une jauge restrictive, permettait à des petites entreprises de participer à des grands évènements de la course au large. […]

La Class40 permet à pas mal d’étrangers de venir faire de la course au large avec des moyens raisonnables. »

LIRE AUSSI : ENTRETIEN. Ambrogio Beccaria enchaîne les succès en Class40 et a « très envie de Vendée Globe »

Et cette formule fonctionne. Aujourd’hui, la classe compte plus de 200 bateaux, dont des bateaux à nez ronds, en scow, qui peuvent être en « mode 4×4 » dans les vagues, sourit Ian Lipinski, skipper de Crédit Mutuel (le n° 158), l’un des premiers scows en Class40.

Le navigateur, qui a mis à l’eau en avril dernier un nouveau Class40 Crédit Mutuel (le n° 202), estime qu’en course au large, faire du Class40 « peut être une finalité.

C’est une classe qui se suffit à elle-même. » Une réussite pour ces voiliers de 40 pieds.

Class40 Crédit mutuel Dominic Vittet Yoann Richomme Halvard Mabire Ian Lipinski Scow

Un skipper perd la vie après être tombé à la mer au large de la Corse

Accueil Sécurité en mer homme à la mer

L’équipage d’un catamaran a donné l’alerte mardi 18 juin après que leur skipper est tombé à l’eau alors qu’il se trouvait en croisière au large de Figari, au Sud de la Corse.

Malheureusement, l’homme de 44 ans n’a pu être réanimé.

Le Dragon 20 a été mobilisé pour rechercher le skipper tombé à la mer.Une image contenant Police, Graphique, logo, texte

Description générée automatiquement

Le Dragon 20 a été mobilisé pour rechercher le skipper tombé à la mer. | DRAGON 20

Voiles et Voiliers. Publié le 19/06/2024 à 09h41

Abonnez-vous

Un skipper perd la vie après être tombé à la mer au large de la Corse (ouest-france.fr)

Mardi 18 juin, un skipper de 44 ans est décédé après être tombé à la mer.

L’incident s’est produit peu après 11h du matin, lorsqu’un message de détresse MAYDAY a été intercepté par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de Méditerranée (CROSS MED) en Corse.

Le message, diffusé sur le canal VHF 16, provenait d’un catamaran naviguant entre les îles Lavezzi et le golfe de Valinco.

Le CROSS MED a immédiatement entrepris de localiser le navire en difficulté.

Simultanément, plusieurs moyens de secours ont été déployés pour conduire les opérations de recherche et de sauvetage.

Parmi les ressources mobilisées figuraient l’hélicoptère Dragon 20 de la Sécurité civile, avec à son bord une équipe de plongeurs du Service d’incendie et de secours de Corse-du-Sud (SIS 2A), ainsi que le semi-rigide SNS 714 de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Propriano et une équipe terrestre de la SNSM.

En outre, l’hélicoptère PUMA SAR de l’Armée de l’air et de l’espace, basé à Solenzara, a été envoyé avec une équipe médicale du Service de santé des armées (SSA).

LIRE AUSSI : VIDÉO. Drame en Méditerranée : un voilier transportant 80 migrants fait naufrage, 65 portés disparus

Une fois le secteur de Figari identifié comme zone de recherche, les moyens de sauvetage ont convergé vers la localisation du catamaran.

Peu après 12h30, l’hélicoptère Dragon 20 a réussi à localiser le skipper, qui était en arrêt cardio-respiratoire.

Il a été immédiatement treuillé à bord de l’hélicoptère, où les pompiers du SIS 2A ont entamé une réanimation cardio-pulmonaire.

L’équipage traumatisé

Malgré tous les efforts déployés, l’équipe médicale du PUMA SAR, qui a pris le relais à Pertusato, n’a pas pu sauver l’homme. Le médecin du SSA a déclaré le décès du skipper à 12h56.

Le catamaran, escorté par la SNSM, a rejoint le port de Pianottoli en toute sécurité, où les attendait une équipe de sapeurs-pompiers et une cellule de soutien psychologique mise en place par la préfecture de Corse-du-Sud pour assister l’équipage traumatisé par ce drame.

homme à la mer Corse